chant grégorien

  • Le Centre grégorien Saint Pie X s’efforce de travailler à préserver et promouvoir l’extraordinaire patrimoine musical, liturgique et culturel constitué pendant seize siècles par l’Eglise catholique.

  • Introduction

    Qu’est-ce ce que le rythme ?

    Question délicate, question difficile, souvent esquivée par les manuels de solfège, cette question est pourtant au cœur de l’interprétation musicale. On peut l’éviter au point de vue théorique, elle resurgit à l’exécution. Combien de fois n’a-t-on pas entendu un professeur d’instrument se plaindre d’une exécution parfaitement métronomique, mais qui ne chante pas, qui manque de phrasé ? Il y a pourtant une réponse. Ces modestes pages voudraient l’exposer dans la ligne des brillantes recherches d’un humble bénédictin, Dom André Mocquereau. Dérouté par le chant grégorien qui ne cadre pas avec l’enseignement reçu au conservatoire, il étudie en profondeur ce problème du rythme, et donne, aux termes de longues années de recherche, une puissante synthèse sur le sujet.

    Nous présenterons sa démarche à l’aide de ses œuvres, de certains articles écrits dans la Revue Grégorienne sur le sujet, et des ouvrages de Dom Gajard, son successeur immédiat.

    La présente étude est composée de chapitres qui viendront peu à peu enrichir les pages du site du Centre Grégorien Saint-Pie X.

  • Introduction au cycle de formation du centre grégorien Saint Pie X 

     

    ♪        "Il faut déplorer le mutisme de ces lèvres chrétiennes qui semblent n’avoir plus besoin du chant pour exhaler la prière et lui donner sa forme supérieure."

    Dom Guéranger, Sainte Cécile.


    ♪        "Toute entreprise qui a pour but d’expliquer et de propager la science du plain-chant, cet auxiliaire constant des très saints rites, mérite d’être louée."

    Léon XIII, lettre Nos quidem à dom Delatte du 17 mai 1901.


    ♪        "L’antique chant grégorien traditionnel devra donc être largement rétabli dans les fonctions du culte, tous devant tenir pour certain qu’un office religieux ne perd rien de sa solennité quand il n’est accompagné d ‘aucune autre musique que celle-là. Que l’on mette un soin tout particulier à rétablir l’usage du chant grégorien parmi le peuple, afin que de nouveau les fidèles prennent, comme autrefois, une part plus active dans la célébration des offices." 

    Saint Pie X, Tra le Sollecitudini.

  • Le chant grégorien a fait l’objet de nombreuses études et son interprétation a profité de bien des découvertes.

    Le centre grégorien Saint Pie X entend conserver les principes fondamentaux si clairement énoncés par Dom Mocquereau à la suite des travaux lancés par Dom Guéranger, principes magnifiquement appliqués par Dom Gajard dont les enregistrements ont fait la gloire et la réputation mondiale de Solesmes.

    Depuis, d’autres études sur les manuscrits et surtout la publication du graduel Triplex où ils ont été reproduits, ont permis de connaître bien des nuances qui n’avaient pas été indiquées dans l’édition vaticane.

    Le Centre entend bien enrichir son interprétation de cet apport, sans pour autant remettre en cause les bienfaits des travaux précédents. Le chant qu’il préconise reste fidèle à la méthode dite de Solesmes, en travaillant un chant rythmé qui unit les notes entre elles par ce mouvement naturel des levers et des posers, rythme fondamental sur lequel se greffe le grand rythme qui constitue le phrasé. Ce chant bénéficiera, autant que possible, des nuances que l’on peut lire dans le graduel Triplex, en particulier à partir de l’écriture de Saint Gall : nombreux épisèmes d’expression, formes particulières de neumes…

    Le Centre grégorien Saint Pie X souhaite ainsi faciliter l’unité liturgique autour de l’interprétation la plus répandue et la plus accessible à tous.

  • Le chant liturgique

  • Le chant grégorien, pour atteindre la qualité exigée par le cadre liturgique dont il est une partie intégrante, a besoin d'être dirigé. Cette direction est un art à part entière qui ne supporte pas l'improvisation, et qui exige une formation sérieuse et approfondie. Réparti sur trois degrés, ce travail commence par l'acquisition des principes fondamentaux nécessaires pour pouvoir diriger, puis par une initiation à la direction proprement dite, de l'étude de la pièce au geste de direction, pour se prolonger par un perfectionnement nécessaire pour obtenir une certaine aisance,  résoudre les principales difficultés et obtenir progressivement une certaine finesse musicale de la part des choristes. Ce degré de perfectionnement est conçu pour être renouvelé autant que le besoin s'en fait ressentir.

  • Le grand intérêt des internautes pour les commentaires hebdomadaires d'Una Voce sur les chants de la Messe du dimanche à venir ne se dément pas et pose un problème de ressources à cette association. Patrick Banken, président d'Una Voce, attire l'attention des auditeurs sur cette question financière. Plusieurs possibilités sont offertes à ceux qui veulent que ces émissions continuent. Parce que les prestations d'Una Voce sont remarquables et sans équivalent dans le monde francophone, nous relayons bien volontiers cette demande auprès des visiteurs de notre site web. Cliquez ICI 

    https://www.unavoce.fr