La plupart de nos manuels de cantiques sont très pauvres pour la période du Carême. Voici donc quelques cantiques peu connus qui mettront en nos âmes les dispositions adaptées à ce temps liturgique

N.B. Les enregistrements sont accessibles en cliquant sur le nom du cantique.

Airs traditionnels

Parmi les airs traditionnels utilisés dans ce fascicule, il faut souligner le fameux “Air de Pontmain” du cantique “Mère de l’Espérance”, appliqué avec de légères variantes au texte du P. de la Tour : “Goûtez, âmes ferventes”. On observera que cette variante évite soigneusement de faire entendre le fa#, de sorte que ce cantique pourrait être accompagné “à l’ancienne”, sans sensible, mais avec une cadence plagale, ou même un fa bécarre. Cette mélodie, entraînante sans être vulgaire, imprègnera en nos âmes le zèle pour les vertus théologales, si facilement oubliées, mais dont les paroles du chant nous montrent le beau rôle dans notre vie chrétienne.

Pour les mois de novembre et de décembre, ce fascicule rassemble quelques cantiques sur les fins dernières et pour le temps de l’Avent. Beaucoup de ces cantiques ne sont pas connus, malgré des mélodies populaires ou anciennes. Quelques-uns méritent tout de même une présentation. Pour Aloÿs Kunc, auteur du célèbre « Pitié, mon Dieu », dont l’air est réutilisé pour le cantique « Pensez-y bien », nous renvoyons à l’introduction du fascicule 2.

Les mélodies populaires

Parmi les sources de cantiques sacrés, on retrouve de nombreuses mélodies populaires bretonnes. Le célèbre cantique du paradis en est un exemple. Les motifs sont très simples (sur trois notes, mais pas martelées), le rythme en fait une sorte de berceuse (du repos éternel). On notera le mode de la (ou mode de ré), c’est-à-dire que le sol n’est pas dièze, ce qui enlève l’effet de sensible, comme dans beaucoup d’airs populaires (cf. la vidéo sur le sensible et la sensible). Voici l'enregistrement.

Pour le mois d’octobre, ce fascicule est un peu hétéroclite, il rassemble quelques cantiques à la Sainte Vierge, connus ou non. Quelques cantiques déjà présents dans les fascicules 1 et 1bis n’ont pas été reproduits ici. C’est l’occasion de présenter quelques nouveaux auteurs de cantiques. En effet, toutes les mélodies ne sont pas anonymes et de tradition populaire ancestrales, certaines sont de facture plus récente.

Une mélodie populaire

Ce fascicule présente une mélodie populaire tout de même : “De concert avec les anges”. La facture en est très simple, le livre des accompagnements de Besnier en donne une harmonisation très agréable avec une petite introduction à l’orgue. En raison de la simplicité du rythme, il faudra veiller tout particulièrement à ne pas hacher le chant en coupant toutes les quatre notes. Les liaisons sont indiquées à cet effet et vous noterez que la première phrase du refrain doit être chantée d’un seul souffle. C’est ainsi qu’on mettra en valeur le rapport au texte. Voici l'enregistrement.

Après son premier fascicule de cantiques en français à l’usage des paroisses, conformes au Motu Proprio de saint Pie X pour un usage dans la liturgie, le Centre Grégorien propose un 2e fascicule des cantiques chantés à Pontmain le 17 janvier 1871. Le fascicule contient des chants latins et des chants français. En effet, le peuple chantait tout aussi volontiers des cantiques français ou latin dans les exercices de piété, même pour les enfants. Nous avons omis le Salve Regina, le Magnificat et les Litanies de la Sainte Vierge. Les témoignages disent qu’il s’agissait là de tous les cantiques que les paroissiens de Pontmain connaissaient par cœur.

L’usage du cantique populaire

La présentation du premier fascicule ne nous avait pas donné l’occasion de donner quelques rappels utiles sur l’usage du cantique populaire. En effet, les papes qui donnent les règles pour la musique liturgique, saint Pie X et Pie XII en particulier, déterminent les places respectives des différents genres de musique religieuse.