choriste

  • La formation des choristes est conçue sur deux degrés afin de donner à tous les choristes les notions fondamentales du chant grégorien, avec ses spécificités d’écriture et d’interprétation. Cette formation gagnera à être prolongée par le renouvellement du second degré, afin de mieux maîtriser les techniques nécessaires pour donner au chant liturgique toute la beauté qu’il mérite.

    « La musique doit être un art véritable ; s’il en était autrement, elle ne pourrait avoir sur l’esprit des auditeurs l’influence heureuse que l’Église entend exercer en l’admettant dans sa liturgie. » Saint Pie X, Tra le Sollecitudini

  • Le 1er degré du cursus  « choriste »  a pour but d’apprendre à chanter des pièces grégoriennes, sous la direction d’un chef de chœur. Cela présuppose, de la part du choriste, de savoir chanter juste. Pour progresser dans ce domaine, il suivra un cours de technique vocale. Pendant la session de juillet, il pourra bénéficier d’un cours particulier avec un professionnel du chant.

    Dans ce 1er degré, le choriste découvrira l’écriture propre au chant grégorien, la structure rythmique de sa mélodie, ses couleurs particulières au travers de la modalité, et le rythme du mot latin.

    Il mettra en application tous ces sujets d’étude en chantant dans un chœur.  Le programme pourra être adapté selon les connaissances préalables et les besoins réels des candidats.

  • Au sein du cursus chanteur, le second degré vise à parfaire la formation au chant grégorien des choristes liturgiques. Après avoir acquis les bases en 1e degré, le 2e degré est très axé sur l’interprétation des pièces.

    Le travail vocal est primordial pour donner à chacun les moyens de suivre les indications du chef. Il est effectué sous la direction d’un professeur de technique vocale. Il s’appuie sur différents exercices dont certains permettent de se familiariser avec les modes grégoriens.

    La structure rythmique des pièces est étudiée pour permettre le chant rythmé du chœur. De même la mise en place du texte latin est approfondie : prononciation, accentuation, interaction du texte et de la mélodie.

    La psalmodie est l’application naturelle de l’étude du texte et de la modalité. Elle est pratiquée à l’office du soir.

    Les pièces sont étudiées en essayant d’aller le plus loin possible. Sont travaillés les aspects suivants : justesse, précision de la mise en place, phrasé, mise en valeur du rythme local et du texte, travail de l’écoute et de l’homogénéité du chœur, spiritualité du texte.

    Il sera fait un large usage de l’enregistrement en cours et pendant les cérémonies pour aider les choristes à (s’entendre) s’écouter et se corriger.

    Ce degré s’attache au « comment faire ». Il peut être renouvelé plusieurs fois. Chaque session étudie des pièces différentes en s’adaptant aux participants.

  • Session de février à Mérigny :

    DSC 1500 1600x1200