Après avoir défini la musique liturgique, appliquons à un manuel de chant de référence, celui du chanoine Besnier, les règles de l'article "Définition de la musique liturgique d'après le magistère". Nous remercions encore les Capucins pour la mise à disposition de ce travail.

Motets au Saint-Sacrement

Adoro te devote (hymne) p. 270

Alleluia, Caro mea p. 270 *

Anima Christi p. 266

Ave verum p. 264

Ecce panis (séquence) p. 265

Gustate (antienne et doxologie) p. 266

Homo quidam (répons) p. 274

In deserto (séquence) p. 268

Jesu dulcis memoria (hymne) (1) p. 271

Jesu dulcis memoria (hymne) (2) (édition vaticane) p.272

O panis dulcissime (séquence) p. 267

O quam suavis (Antienne) p. 269

O sacrum convivium (Antienne) p. 269

O salutaris (tous sauf le n° 2) p. 261, 262, 263 pour les différents temps de l’année liturgique

Panem cæli (antienne et doxologie) p. 274

Panis angelicus (hymne) (2) p. 264 (pas le n° 1)

Pie Pellicane (in Adoro te) p. 271

Ubi caritas (antienne et versets) p. 275

Unus panis (répons) p. 268

Pange lingua (hymne) p. 392

Sacris solemnis (hymne) p. 393

Verbum superbum (hymne) p. 394

*Les chants signalés en gras offrent une plus grande perfection liturgique grâce à leur composition plus traditionnelle. Peut-être qu’il s’en trouve d’autres dans la présente liste. (à rechercher)

Motets au Sacré-Cœur

Cor dulce, Cor amabile (cantique) p. 279

Jesu, paterni pectoris (hymne) p. 276

O Cor, amoris victima (hymne) p. 278

Salve, latus Salvatoris (hymne) p. 276

Motets à la Sainte Vierge

Ab hac familia (cantique) p. 303

Ad te confugimus (prose) p. 301

Alma Redemptoris Mater (antienne au ton simple) p. 299

Ave Maria (ton simple) p. 301

Ave Maria (Ed. vaticane) p. 301

Ave Maria (séquence) p. 310

Ave Regina cælorum (ton simple) p. 299

Ave Virgo speciei (hymne) p. 315

Concordi laetitia (hymne) p.302

Gloriosæ Matris Dei (séquence) p.309

Inviolata p. 305

Maria mater gratiæ (hymne) p. 304

Omnis expertem (hymne) p. 307

O quam glorifica (hymne) p. 307

O Maria, gratia plena (cantique) p. 306

Quam pulchre graditur (hymne) p. 319

Regina cæli (ton simple) p. 300

Salve Mater (cantique) p. 313

Salve Regina (ton simple) p. 300

Salve Virgo singularis I p. 305

Salve Virginale (répons) p. 314

Sub tuum I p. 302

Tota pulchra es (cantique) p. 312

Virgo Dei genitrix (hymne) p. 304

Virgo parens (répons) p. 311

Divers temps et fêtes

Avent

Rorate cæli desuper (cantique) p. 340

Noël

Ecce nomen Domini p. 342

Puer natus (cantique) p. 311

Carême

Attende Domine (cantique) p. 345

Media vita (répons) p. 347

Miserere (Ps.50) p.347

Parce Domine p. 349

Passion

Stabat Mater p. 349

Pâques

Isti sunt agni novelli (cantique) p. 352

Saint Joseph

Ecce fidelis (antienne) p. 357

O felicem virum p. 356

Te Joseph (hymne) p. 357

Défunts

O salutaris hostia sacra (hymne) p. 358

Languentibus (hymne) p. 359

De profundis ascendentem p. 359

Saluts du Saint-Sacrement

Tu es Petrus p. 366

Oremus I- II- IV p. 367

Tantum 1, 2, 4, 5, 6, 7 p. 368 à 370

Post benedictionem

In manus tua (répons brefs) p. 386

Laudemus Dominum p. 387

Maneant in vobis p. 387

Divers

Veni, Creator Spiritus (hymne) p. 361

Te Deum (ton simple) p. 361

Chant de l’Angelus p. 364

Cor Jesu 1, 2, 3, 4 et 6 p. 365

Litanies du Sacré-Cœur de Jésus p. 400

Sub tuum (antienne, verset du Ps. 120 et doxologie) p. 402

Litanies de Lorette I - II – III p. 402 à 406

Procession des Rogations (antienne Exsurge Domine, litanies des saints et Ps. 69) p. 406

O Crux ave (2 strophes) p. 411

Crucem tuam (antienne et verset du Ps. 66)

Sacerdos et Pontifex (antienne) p. 413

Confirma hoc Deus (antienne et doxologie) p. 414

Chemin de la Croix (O Crux ave ; Sancta Mater istud agas ; Parce Domine ; Pie Jesu domine) p. 415

Voici un cantique proposé par la Communauté de l’Emmanuel qui se répand comme une traînée de poudre à la fois dans les églises conciliaires et malheureusement chez nous aussi.

Voici une interprétation de référence par « Chorale Music et Mission » :

https://www.youtube.com/watch?v=UiipjJ3PiYI

Un texte peu catéchétique

Quant à son texte, ce chant commente la vision du chapitre 12 de l’Apocalypse et divers titres donnés à Marie. La trame de fond est le thème de la nouvelle Ève mais les allusions à ses privilèges ne sont pas toujours très explicites. Derrière un style poétique peut se cacher un refus d’exprimer le catéchisme, alors que c’est l’objet principal des cantiques en langue vernaculaire selon les directives pontificales.

Quelques titres donnés dans les litanies sont présents : Étoile du matin, Reine des cieux, Vierge immaculée, Vierge sainte. On regrette de n’y voir figurer ni la maternité divine, ni la virginité perpétuelle.

Le premier couplet parle de la mère du Sauveur sans aller plus loin. Le deuxième couplet montre la participation de Marie à l’œuvre rédemptrice seulement dans le fait d’avoir « puisé du côté de son Fils, l’eau et le sang qui sauvent du péché ». On regrette encore ici que les mots “rachat” ou “rédemption” soient refusés. Elle nous « ouvre les portes du jardin », ce qui entretient le parallèle de la nouvelle Ève mais en refusant le mot “Ciel” ou “Paradis”.

Ces omissions sont trop nombreuses pour ne pas refléter une théologie volontairement lacunaire. Tout le catéchisme ne se trouve pas dans chaque chant, mais il convient d’expliciter quelques éléments auxquels on fait allusion.

Une chanson pseudo-modale

Le refrain est en mode de ré, comme beaucoup de cantiques anciens, comme les pièces du premier mode grégorien (introït Gaudeamus, Kyrie de la messe IX et de la messe XI). Pour se placer dans cette modalité, la mélodie évite la sensible, elle fait entendre le ré en dessous du mi final et non le ré dièze qui serait attendu. Toutefois l’harmonisation vient restituer cette sensible par endroit, harmonisation du compositeur lui-même, qui ne trahit donc pas sa pensée. La mélodie, au moins quant au refrain, ne semble pas poser problème.

Mais si l’on regarde un peu plus loin, en faisant le parallèle avec Michel Fugain et sa chanson Une belle histoire1, la similitude est frappante, justement sur cette introduction du refrain. Une citation aussi longue ne peut pas être purement fortuite, il faut tout au moins l’éviter quand on s’en rend compte. Malheureusement il semble que la communauté de l’Emmanuel ait trouvé une bonne occasion d’attirer les jeunes à la rencontre providentielle de la Sainte Vierge en faisant allusion à la rencontre providentielle de la romance de Michel Fugain. Le problème est que cette musique est porteuse d’un état d’esprit qui n’est pas chrétien. Les jeunes vont donc rester dans l’esprit romance en chantant le cantique.

Retour du rock par le rythme !

Comme dans beaucoup de chansons de rock un peu évolué, le couplet, ou du moins la suite entreprend une accélération du rythme ou du moins une complexification. Après un refrain plutôt calme, les doubles croches et les rythmes syncopés font leur apparition sur « Marie, Ève nouvelle », se maintiennent pendant tout le couplet, avant une conclusion bien martelée et ralentie, pour faire revenir le refrain.

L’intérêt de ce rythme est de favoriser la danse et une danse plutôt déhanchée, débraillée. Il n’est pas nécessaire de citer les mises en garde de saint Pie X pour comprendre qu’une telle musique ne peut être employée, ni dans le cadre liturgique ni pour aider la prière.

La grille harmonique de variété.

Les ralentissements du rythme à certains moments du refrain laissent voir le vocabulaire harmonique de cette musique. Contrairement aux musiques grégoriennes ou au folklore ancien, l’harmonie n’est pas un accompagnement de la mélodie, elle est la trame de fond sur laquelle le chanteur pourrait presque improviser. D’ailleurs les variantes entre Fugain et l’Emmanuel montrent qu’il y a une certaine marge de manœuvre en restant dans la “grille”.

Précisément sur le “veur” de “Sauveur”, il s’agit d’une septième de dominante qui va nous mettre en tension maximale vers la reprise de la phrase. Normalement un accord de tension est l’avant-dernier dans une phrase qui se terminera par un certain repos, même si celui-ci n’exclut pas une certaine suspension (la demi-cadence est la virgule de la grammaire musicale). Ici la virgule est placée entre la tension et la détente en accentuant au maximum cette tension par le retard de la sensible. Pour montrer que ce fa dièze doit monter au sol et tirer le plus possible vers le début de la nouvelle phrase, on retarde son arrivée en attaquant d’abord un sol. Ce procédé, appelé appogiature, est très puissant pour augmenter la tension. Mozart l’utilise constamment dans ses mélodies pour conclure ses phrases en retardant la note finale. Ici toute la différence est qu’il met la note de tension là où il devrait y avoir repos. Ceci n’est pas anodin, ce passage de “Sauveur” et d’autres qui lui ressemblent (la fin de toutes les mesures du couplet) lancent le chant. C’est l’harmonie aussi qui fait danser.

Le reste du schéma harmonique, particulièrement dans le couplet est d’une pauvreté caractéristique des musiques dites de “variété” qui sont assez répétitives.

En conclusion, il est inutile de redire que ce cantique ne possède ni le caractère sacré exigé par saint Pie X en premier lieu, ni la qualité musicale qui peuvent en faire une musique digne de la liturgie et même de la prière. Ne nous laissons pas gagner par le libéralisme et soyons ennemis des corruptions de l’art sacré afin de défendre la vraie liturgie.

Par l’abbé Louis-Marie Gélineau, prêtre de la FSSPX

Depuis quelques années, un nouvel air de « Je vous salue Marie »1 concurrence peu à peu l’air « classique »2 traditionnellement utilisé lors des pèlerinages et des processions.

Ces quelques lignes ont pour objectif d’analyser ce nouvel air et son harmonisation afin de pouvoir répondre sereinement aux questions suivantes : cet air qui nous vient des JMJ a-t-il une place chez nous ? Peut-on le qualifier de musique religieuse ?

Attention, les débats musicaux ont de tout temps été passionnés, il n’est donc pas impossible que la lecture de ces lignes provoque des réactions émotives violentes ! Pour parer à cette difficulté du sujet, nous appuierons notre raisonnement sur des considérations volontairement techniques dont nous tâcherons de rendre les conclusions accessibles à tous.

V.G. : M. Bernard GELINEAU, vous êtes président du Centre Grégorien St Pie X et professeur d’écriture musicale, pouvez vous analyser la partition  de ce « Je vous salue Marie » ?

B.G. : Commençons par l’étude du texte. Dans la version originale, deux choses sont à noter :

  • « comblée de grâce » au lieu de « pleine de grâce » qui affaiblit le sens du texte. Dans nos milieux traditionnalistes, on chante « pleine de grâce », ce qui règle ce problème.

  • « votre enfant » au lieu de « le fruit de vos entrailles ». Là encore on affaiblit le sens du texte. A une époque où l’on doute de tous les dogmes y compris celui de la maternité divine, est-ce innocent3 ?

V.G. : En quoi l’emploi du mot « enfant » affaiblit-il le sens du texte ?

B.G. : « Enfant » donne un côté sentimental. Etymologiquement, enfant vient de « infans », c'est-à-dire celui qui ne sait pas parler. La liturgie désigne Jésus comme le « fils de Marie » et non comme « l’enfant de Marie ».

V.G. : Que peut-on dire de la modalité4 de ce « Je vous salue Marie »?

B.G. : La mélodie est en mode de ré comme une partie de la musique populaire. L’harmonie respecte ce caractère modal en ne donnant pas le ré # sauf à un moment à la voix d’alto sur la syllabe « -cheurs » de « pauvres pécheurs ». Le ré # introduisant le mode mineur donne une touche mièvre, comme s’il n’était pas si grave d’être pécheur !

V.G. : Sur le plan harmonique5, à quel style se rattache cette musique ?

B.G. : Les fautes élémentaires pullulent :

  • quintes consécutives entre soprane et basse sur le mot « bénie » par exemple,

  • fausse relation à « pécheurs » et « maintenant », entre alto et ténor,

  • les accords parallèles descendants de la fin de la deuxième ligne et de la fin de la quatrième ligne sont interdits en harmonie classique, mais typiques de la musique de variété du genre Michel SARDOU6. On retrouve également cet enchaînement d’accords7 dans la grille du paso-doble8.

L’auteur de l’harmonisation ne sait pas ou ne veut pas utiliser la grammaire de l’harmonie.

V.G. : C’est comme si par négligence ou par irrespect on composait des prières truffées de fautes de grammaire et de syntaxe. Qu’évoque le rythme de ce « Je vous salue Marie »?

B.G. : Lorsqu’on regarde de près la partition, on s’aperçoit que les barres de mesures sont placées à l’envers par rapport au rythme du texte. Les accents de la langue française sont sur les syllabes « -lue » de « salue » et « grâ- » de « grâce » qui correspondent à des temps faibles (deuxième et quatrième temps d’une mesure à quatre temps). Il en est de même pour toute la partition. L’auteur ne comprend pas ou ne veut pas comprendre le rythme de la langue française.

V.G. : A quel courant musical renvoie ce renversement permanent des appuis rythmiques, c'est-à-dire l’emploi systématique du rythme syncopé9 ?

B.G. : C’est une caractéristique du « rock and roll »10. On retrouve un schéma rythmique analogue dans l’accompagnement de la célèbre chanson de Johnny Halliday, les portes du pénitencier11, un slow on ne peut plus langoureux. Le schéma rythmique de l’accompagnement du pénitencier est le suivant : croche, deux doubles croches, croches suivi de trois croches dont la première est l’appui syncopé. Dans le « Je vous salue Marie », il s’agit d’une sicilienne suivi de trois croches dont la première est l’appui syncopé.

V.G. : Vous venez de parler de « slow », pouvez-vous préciser ce que vous entendez par là ?

B.G. : Le slow est une danse lente où l’on se balance en se laissant porter par le rythme qui se situe en dessous de trente pulsations par minute12. Il n’y a ni véritable pas de danse ni recherche chorégraphique. Ecrit dans une mesure à 12/8 comme dans notre cas de figure, on parle alors d’un « Slow Rock ».

Le rythme envoûtant du « rock and roll » touche les gens et ne peut qu’éveiller une réminiscence des sensations des soirées dansantes chez ceux qui ont vécu cela.

V.G. : Nous n’avons pas parlé de la mélodie13, pouvez-vous nous en dire quelques mots ?

B.G. : La mélodie est très simple. Elle est composée de gammes ascendantes et descendantes qui relient les temps forts où l’harmonie s’impose. La mélodie est ici de fait dépendante de l’harmonie comme dans une improvisation en jazz. On retrouve ce type de « mélodie-harmonie » dans les chants celtiques ou dans nombre de chants populaires comme « le tourdion ». Dans tous ces cas la mélodie ne « chante pas », on perçoit d’abord le rythme car ce sont avant tout des airs pour danser ! On note au passage que la musique classique ou le chant grégorien se caractérisent par la prédominance d’une mélodie qui « chante ».

Au terme de cette analyse technique, il est aisé de voir que cet air n’a rien à faire chez nous. C’est une musique qui ne risque pas d’élever l’âme vers Dieu14, étant donné le genre de danses qu’elle évoque15 ! Comme toute musique rock, elle touche par le côté envoûtant de son rythme.

Nous sommes ici aux antipodes des caractères de la liturgie donnés par les papes saint Pie X et Pie XII « Dans tout ce qui regarde la Liturgie, il faut que se manifestent le plus possible ces trois caractères, dont parle Notre prédécesseur Pie X : le respect du sacré qui rejette avec horreur l’inspiration profane, la tenue et la correction des œuvres d’art vraiment dignes de ce nom, enfin, le sens de l’universel, qui, tout en tenant compte des traditions et coutumes locales légitimes, affirme l’unité et la catholicité de l’Église . »16On ne peut donc pas parler ici de musique religieuse !

Alors que faire ? Faut-il excommunier ceux qui pensent devoir chanter ce « Je vous salue Marie » ? Il est bon de rester prudent, la Foi n’étant pas directement en danger. Beaucoup ne savent pas : expliquons-leur patiemment qu’il n’est pas très digne de prier la Sainte Vierge sur un air de danse rock. Et s’ils ne comprennent pas, pardonnons à ceux qui ne savent pas ce qu’ils font !

Tolérer un mal suppose aussi de le supprimer autant que nous le pouvons et comme la nature a horreur du vide, remplaçons ! Il y a tout un travail d’éducation musicale et artistique à réaliser. Soyons-en les agents chacun à notre place. Formons-nous un goût à l’école de la liturgie afin de pouvoir vraiment dire avec le psalmiste : « Zelus domus tuae comedit me ».17

Vincent GELINEAU

1 Celui qui possède quatre voix dont le soprane commence par les notes : mi mi fa # sol la sol fa # mi ré mi.

2 Celui qui commence par les notes : la sol fa sol la sol fa. Cet air « classique » est d’ailleurs bien connu à l’étranger notamment outre Rhin où il est associé au pèlerinage de Chartres.

3 Pour le même nombre de syllabes on aurait pu mettre « votre Fils », ce qui est déjà théologiquement plus exact.

4 Modalité : en parlant de façon imagée, il s’agit de la couleur du morceau. Celle-ci résulte des intervalles relatifs entre les notes de tension et de détente. La musique « classique » au sens large utilise principalement deux modes : le majeur (mode de do) et le mineur (proche du mode de la). Le chant grégorien utilise huit modes dont les notes de repos sont sur ré, mi, fa ou sol.

5 Harmonie : science des accords et de leur enchaînement.

6 Par exemple « La java de Broadway » à la fin de la deuxième ligne sur le mot « Meudon ».

7 La descente par note conjointe à la basse donne un effet langoureux et sensuel. C’est ce qu’utilise Beethoven dans les premières mesures de la sonate « Au clair de lune ».

8 Le nom paso-doble signifie littéralement "deux pas", probablement parce cette danse est basée sur une simple marche stylisée. C'est dans le contexte des corridas d'Espagne (qui existent depuis le XVIIe siècle) qu'il faut situer les origines du paso-doble. L'entrée des toréadors dans l'arène était accompagnée d'une musique au rythme marqué et au style martial. Au début du XIXe siècle, une danse se développa sur cette musique et dans cet esprit de corrida, lutte entre l'homme et le taureau, le paso-doble est associé à une mise en scène où l'homme joue le rôle du toréador et la femme joue le rôle de la cape... C'est pour cela que "l'habit de lumière" et l'attitude macho correspond bien au cavalier et la robe rouge et l'attitude provocante correspond à la cavalière. Cf. http://www.ultradanse.com/generalites/index.php3?page=pasodoble

9 Syncope : appui sur un temps faible prolongé sur le temps fort suivant. On parlera plus loin d’appui syncopé pour désigner cet appui sur un temps faible.

10 « C’est le beat qui caractérise le rythme de la musique rock. » « Beat : répétition incessante de pulsations régulières combinées avec des rythmes syncopés, généralement assurée par le batteur et fidèlement reproduite par la guitare basse. » p.6 in Le rock’n’roll viol de la conscience par les messages subliminaux, P. Régimbal. N’oublions pas que le rock est une musique nocive et perverse !

11 The House of the rising sun. Paroles originales et musique de Alan Price, Paroles françaises de Vline Buggy et Hugues Aufray, interprétation par Johnny Halliday.

12 Les pulsations du beat sont sur les temps un et trois de la mesure à quatre temps, il y a appui syncopé sur les autres temps.

13 Mélodie : succession de sons ordonnés de façon à constituer une forme, une structure perceptible et agréable. La mélodie ne concerne qu’une seule voix, très souvent la voix de soprane.

14 Les paroles seules ici peuvent élever l’âme vers Dieu. On ne peut dire ici : « chanter, c’est prier deux fois ».

15 Il ne s’agit pas ici de critiquer les musiques de danse en bloc, mais de rappeler que les musiques de danse sont incompatibles avec la liturgie et que certaines musiques de danse sont incompatibles avec la prière !

16 Encyclique Mediator Dei

17 Ps 68 verset 10 : « Le zèle de votre maison me dévore » C'est-à-dire le zèle de la maison du Seigneur et non celui de nos occupations et nos goûts personnels.